L’église Saint André

L’église Saint-André d’Angoulême située au cœur d’Angoulême, rue Taillefer, est aujourd’hui le plus vieil édifice religieux de la ville avec la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême. Elle fut l’une des douze églises paroissiales de la cité et conserve un remarquable mobilier remontant à l’Ancien Régime.
Propriété municipale et affectée au culte catholique, elle a fait l’objet d’importants travaux et à rouvert ses portes au public à la fin de l’année 2019.

Un édifice marqué par l’Histoire
 
Élevé au XIIe siècle, ce sanctuaire attenant du Palais Taillefer où vivaient jadis les comtes d’Angoulême, conserve de cette époque une avant-nef romane. Le reste de l’édifice a été détruit lors des Guerres de Religion en 1568 et fut prolongé vers l’est à partir de 1585 sous la forme d’un triple vaisseau de style gothique. Les voûtes ne furent achevées qu’en 1660. Des dix chapelles ajoutées au fil du temps, trois subsistent dans l’église.
 
Le clocher assez monumental qui culmine à 35 m sera élevé à la fin du XVIe siècle. Quant à la façade néo-classique, œuvre de l’architecte Paul Abadie père au début du XIXe siècle, elle tranche par rapport à l’architecture du monument.
 
Avant la Révolution Française, la paroisse de Saint-André était l’une des plus importantes de la cité avec 2500 paroissiens sur les 12000 habitants d’Angoulême.
 
Entre 1793 et 1797, entre l’interdiction des cultes et leurs retours, elle fut affectée à la Garde Nationale.
 
En 1802, au lendemain du Concordat, le nouvel évêque d’Angoulême, y fut intronisé, la cathédrale n’étant alors pas en état.
 
Plus de 25 confréries avaient leur siège dans l’église dont celle du Saint-Sacrement depuis 1312.
 
Aujourd’hui cette église est chère à la communauté Portugaise très active dans la paroisse et vient se recueillir devant la statue de Notre Dame de Fatima.  
 
Une église peuplée d’un riche mobilier liturgique
 
L’intérieur de cette vénérable église conserve toujours un certain nombre d’œuvres de grand intérêt. Certaines sont même protégées au titre des Monuments Historiques.
 
Parmi elles, le retable baroque en pierre du maître autel demeure l’un des fleurons de ce lieu. Réalisé en 1669, il coûta 1000 livres à son commanditaire, Jean Dussieux de Chabreby. François et Mathurin Cazier le sculptèrent. Orné de colonnes torses et de nombreuses statues de pierre, le retable sert d’écrin au grand tableau de la Pentecôte.
 
Dans le chœur, des stalles qui proviennent de la cathédrale, font mémoire du statut de l’église qui fut longtemps une collégiale rassemblant jadis douze chanoines.
 
La nef est elle ornée d’une magnifique et exceptionnelle chaire œuvre de Jacques Rougier qui la sculpta en 1692. Des ecclésiastiques célèbres vinrent y prêcher du XVIIIe siècle avec le Père Bridaine au XXe siècle avec le Père Riquet.
 
Un ensemble de peintures orne les murs de l’église. Parmi elles, le tableau représentant Saint Wolfgang apparaissant à Saint Henri qui abdique la couronne impériale pour se faire moine. Ce chef d’œuvre de Claude Vignon a été peint en 1627 et même présenté à Londres lors d’une grande exposition. L’immense tableau de la Nativité réalisé au XVIe siècle qui décore la partie gothique de l’église se trouvait placé autrefois dans le foyer de l’ancien théâtre d’Angoulême. Quant au tabernacle posé sur l’autel majeur sous le retable majeur, il fut offert par l’Empereur Napoléon III. Des deux orgues, celui du chœur est assez exceptionnel.  Il s’agit d’un orgue anglais de salon construit dans la première moitié du XIXe siècle.
 
Dans le clocher sept cloches subsistent dont celle baptisée Eutrope-André. Il s’agit de la grosse cloche de la Ville fondue en 1556 et coulée à nouveau en 1827. Elle appelait sous l’Ancien Régime les élus aux assemblées municipales et sonnait les heures joyeuses ou sombres de la cité. Elle fut épargnée par les fontes révolutionnaires.

L’église Saint-André. Carte postale, fonds AMA.
Intérieure de l’église Saint-André. Carte postale, fonds AMA.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Square Girard II
Rue Corneille
16000 Angoulême
| 05 45 95 79 88

134 rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 05 45 92 73 43

33 avenue Jules Ferry
16000 Angoulême
| 05 45 38 91 97

Musée du Papier
134, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 06 22 44 12 59

|