Blog

Accueil » Blog » Artothèque » Fred le chevalier : un artiste de la collection de l’Artothèque

Fred le chevalier : un artiste de la collection de l’Artothèque

Fred Le Chevalier est né en 1973 à Angoulême. Fred Le Chevalier n’est pas son véritable nom. Ce surnom aurait pour origine un jeu avec un petit garçon qu’il gardait. Mais nous pourrions voir derrière ce nom, le rôle qu’il endosse en parcourant l’espace urbain afin d’offrir un peu de poésie à nos quotidiens bétonnés. Il a parfois déclaré que ce nom d’artiste était une référence à Don Quichotte ou à Alexandre Dumas.

Dessiner comme un enfant

Fred Le Chevalier dessine depuis son plus jeune âge mais au départ sans velléité artistique juste parce qu’il appréciait s’adonner à cette activité. Il faut dire que notre milieu familial nous influence tous dans un sens comme dans l’autre. Or, Fred Le Chevalier est le fils d’un artiste peintre charentais. Comme de nombreux enfants, il a arrêté de dessiner à l’adolescence mais il a repris cette habitude, la trentaine passée, en essayant de garder ce trait que nombre d’artistes cherchent à retrouver, celui du geste de l’enfant. Picasso disait : «J’ai mis toute ma vie à savoir dessiner comme un enfant. » Chez Fred le Chevalier il semble il y avoir cette quête.
Sa rencontre avec l’artiste Béatrice Myself1* semble lui avoir permis de s’autoriser lui aussi à dessiner : « Et puis j’ai rencontré Béatrice Myself de Tours, une personne qui dessinait de manière très poétique sans grande technique, c’était très touchant. Je me suis dit que moi aussi je pouvais le faire. »2*
Il commence à coller dans le XIe arrondissement de Paris, dès 2006, puis à exposer. Depuis 2011, Fred le Chevalier colle ses personnages dans les rues d’Angoulême. Vous avez forcément, même sans connaître son nom, aperçu l’une de ses œuvres, lors de vos pérégrinations dans la ville. À Paris, ce sont surtout les quartiers de Belleville et de Ménilmontant qui sont le théâtre de ses collages.

Le style Fred Le Chevalier

Le style de Fred Le Chevalier est un style que l’on pourrait qualifier de naïf. Ses personnages en noir et blanc sont comme sortis de l’imaginaire d’un enfant : des amoureux·reuses, des rois, des reines, des êtres hybrides, au genre flou, mi-adulte, mi-enfant, masqués, volants,… Le travail de Fred Le Chevalier se reconnait au premier coup d’œil tant son style est singulier. Le travail précis sur le trait et la ligne ne se perçoit pas au premier regard. Une impression de facilité et d’aisance quant au travail sur le trait émane de ses dessins.
Si le dessin est fondamental au sein du processus créatif de l’artiste, le texte a également une place de choix. Les phrases poétiques qui accompagnent parfois les collages sont ouvertes, questionnent et permettent l’interprétation du spectateur.
Le processus créatif de Fred Le Chevalier suit souvent le même cheminement : il travaille tout d’abord ses dessins en noir et blanc, sur de petits formats, comme du A4. Ensuite, ces dessins seront parfois exposés, sérigraphiés ou collés dans l’espace urbain. Les dessins qui sont collés sur les murs sont agrandis dans une entreprise de reprographie, dans des formats assez conséquents, parfois rehaussés de quelques touches de couleur.

L’échange avec l’autre

Le collage est une promenade pour Fred Le Chevalier, une manière d’appréhender de nouvelles villes ou de redécouvrir celles dont il est familier. Pourrait-on y voir un lien avec ce que Guy-Ernest Debord nommait la dérive ?3* Celui qui ne se revendique pas forcement comme « Street artiste » colle aussi dans la rue pour échanger avec les gens. Les histoires qu’il nous narre viennent faire écho aux nôtres. Le collage lui permet, d’échanger avec le spectateur, de sortir de l’isolement de l’atelier, de partager avec l’autre ses histoires et de recevoir celles d’autrui. Coller c’est également permettre au plus grand nombre de voir ses dessins sans passer la porte d’un musée ou d’une galerie. Mais Fred le Chevalier réalise également des sérigraphies et expose ses dessins originaux et ses sérigraphies dans des galeries et des musées. Pour l’artiste, le dessin prime :  « Dessiner est une finalité en soi, un besoin sans doute. Le collage est un heureux prolongement, une forme, un support mais pas le but premier. Le travail d’expositions, publications, sérigraphie n’est donc pas du tout dans l’ombre de mon point de vue mais essentiel même si il est moins accessible, moins « clinquant ». »
Il réalise également des collaborations avec d’autres artistes comme Béatrice Myself par exemple ou encore Pole Ka4*.
S’il est friand de l’échange avec le public lors de ses collages dans la rue, Fred le Chevalier échange également à d’autres occasions. En effet, il participe à de nombreux projets autour de ses œuvres, au sein des écoles, des collèges, des prisons, des hôpitaux.
L’Artothèque d’Angoulême est heureuse de compter au sein de sa collection quelques sérigraphies de Fred le Chevalier dont l’une a été réalisée en collaboration avec Pole Ka et un dessin, récemment acquis. L’Artothèque est également ravie et impatiente de vous faire découvrir prochainement sa plaquette de présentation pour laquelle Fred Le Chevalier a accepté de prêter le visuel de son œuvre « Fier de cœur ». Nous l’en remercions vivement.
N’hésitez pas à venir emprunter des œuvres de Fred Le Chevalier à l’Artothèque et à suivre l’actualité de cet artiste talentueux :

Fred le Chevalier, La mort gagne toujours, mais seulement à la fin, sérigraphie, 20 x 30 cm, 2013.


Expositions personnelles

2019
« Fred Le Chevalier », Musiques Métisses, Verrière des Chais Magelis, Angoulême • http://www.musiques-metisses.com/exposition/

2018
« Il n’y a pas d’histoires sans secrets » Galerie Al. Tokyo

2017
« Dedans dehors » Galerie Eko Sato. Paris (Jusqu’à janvier 2018)

2016
« On dansera jusqu’à ce que le monde tourne rond » Galerie Eko Sato. Paris

2015
« A demain » Galerie Echos. Paris
Solo show. Galerie de l’hôtel Jules et Jim. Paris

2014
« Bal et dépendances » La Boite noire. Tours

2013
Solo Show. Galerie Echos. Paris

2012
« J’irai courir les murs » Chez Cax. Angoulême
Le Houla Oups, Paris. Première exposition individuelle

Interventions

Collages à Paris, Reims, Tours, Angoulême, Toulouse, Nantes, Charleville, Miami, Berlin, Londres, Bari, Tokyo.

2020
Exposition collective « Group Show » Mai – Juin 2020, Galerie Eko Sato
Participation, intervention à « Paris face cachée 2020 », Galerie Eko Sato

2019
Illustre la campagne de « Paris face cachée 2019 »
Intervention à la maison d’arrêt d’Angoulême, Intervention à l’école maternelle Charles Perrault, Levallois
Workshop au Lycée de Combloux, Workshop avec les étudiants de BTS du LISA, Angoulême

2016
Invité au Bon Marché Rive Gauche. « PARIS ! ».
Exposition et ateliers (hôpital de jour, maison de retraite, école) Théâtre Les Carmes, La Rochefoucauld

2015 – 2016
Affichage d’œuvres à la Cité des sciences et de l’industrie

2014
Fresque pour l’association « Le Mur » Paris

2013
Collages pour l’association W49. Bruxelles
Collages pour le jardin partagé Baudélire. Paris

2012
Collages pour le Service culturel de Charleville Mézières dans le cadre de son festival de poésie
Collages pour le Service culturel d’Aulnay sous bois
Collages pour l’association Act up. Paris
Interventions auprès d’écoles, lycées, médiathèques, centres culturels.

Notes de bas de page :

1* Béatrice Myself :
https://www.facebook.com/pages/category/Fictional-Character/B%C3%A9atrice-Myself-350228998407916/
http://beatricemyself.blogspot.com/
https://www.instagram.com/beatricemyself/?hl=fr

2* https://culturetoi.wordpress.com/les-rencontres-de-culturetoi/fred-le-chevalier-collages-sur-le-fil-de-la-sensibilite/

3* Guy-Ernest Debord, La dérive :
https://www.larevuedesressources.org/theorie-de-la-derive,038.html
Publié dans Les Lèvres nues n° 9, décembre 1956 et Internationale Situationniste n° 2, décembre 1958.

4* Pole Ka :
https://www.poleka.fr/
https://www.facebook.com/pages/category/Pet/Pole-Ka-227052304005833/


Image mise en avant de l’article :
Fred le Chevalier, Fier de cœur, sérigraphie, 40 x 30 cm, 2014.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Square Girard II
Rue Corneille
16000 Angoulême
| 05 45 95 79 88

134 rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 05 45 92 73 43

33 avenue Jules Ferry
16000 Angoulême
| 05 45 38 91 97

Musée du Papier
134, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 06 22 44 12 59

|