Le Collectif des Hiboux

En juin 2020, l’Artothèque vous a présenté rapidement le Collectif des Hiboux, à l’occasion d’un article dédié aux collectifs angoumoisins présents chez Fichtre Diantre. En ce début d’année, nous leur avons posé quelques questions afin de vous permettre d’en savoir plus sur eux.

L’Artothèque : Comment et pourquoi le Collectif des Hiboux est-il né ?

Le Collectif des Hiboux : Le Collectif des Hiboux a vu le jour au Pays Basque. Au départ, il s’agissait d’un groupe d’ami.es qui organisaient des soirées électro dans la montagne. Puis l’envie leur est venue de partager ces rencontres musicales avec un public. La première soirée, à prix libre, a permis de générer quelques bénéfices grâce à la générosité des gens. Créer une structure nous a donc semblé pertinent et l’association est ainsi née en 2014. Depuis le collectif se nourrit de la force et de la passion de chacun.e autour de la musique, du dessin et de l’animation. Il s’agit de plusieurs arts-activités qui nous permettent de proposer des ateliers autour du fanzine et de l’image imprimée, des concerts, des expositions, en plus d’organiser un festival de microédition et de musique alternative comme le SPIN OFF. L’association est basée à Angoulême depuis 2017.

L’Artothèque : Pourquoi le « Collectif des Hiboux » ?

Le Collectif des Hiboux : Le principe du collectif est important pour nous. C’est le fait d’être ensemble et de vivre cette expérience ensemble qui donne du sens à nos activités. Nous ne souhaitions pas être personnifié.es, d’où la mention de Collectif, pour mettre en avant le groupe. Le choix du hibou nous semblait évident puisqu’il s’agit d’un animal sauvage et nocturne.

L’Artothèque : A quoi ressemble le travail au sein d’un collectif ?

Le Collectif des Hiboux : C’est un travail excitant, réconfortant, parfois fatiguant mais super inspirant. Chacun.e a ses compétences et nous sommes complémentaires.
La majorité des hiboux nichent à Angoulême mais certain.es hiboux survolent d’autres villes, donc nous essayons un maximum de faire des réunions physiques avec l’ensemble du groupe. Donc il y a forcément de l’organisation et de la coordination dans le collectif. De nouveau, c’est le fait d’être ensemble et de travailler avec ses ami.es qui nous motive et nous donne de la force. La place et la parole sont données à tout le monde pour mettre en place chaque projet et ensuite généralement nous nous répartissons des tâches.

L’Artothèque : Le Collectif des Hiboux est l’association organisatrice du SPIN OFF. Quelle approche de la bande dessinée souhaitez-vous défendre avec ce festival ?

Le Collectif des Hiboux : Nous souhaitons promouvoir des étudiant.es, des artistes émergent.es mais également des artistes confirmé.es. Le festival peut servir de tremplin pour des personnes désireuses de se retrouver plus tard au FIBD, mais on y trouve également des artistes qui ont volontairement choisi la voie de la microédition et qui souhaitent sortir du circuit classique de l’édition.
Nous défendons une approche plus expérimentale et alternative de la bande dessinée.

L’Artothèque : Si je ne me trompe pas, vous pratiquez la microédition et l’autoédition. Est-ce que l’indépendance que cela vous offre est un principe important ?

Le Collectif des Hiboux : Tout à fait. La microédition permet de maîtriser la chaîne du livre de A à Z, de la création du contenu à son impression et son façonnage, sa promotion, sa distribution. Cela procure une liberté immense et permet de développer plusieurs compétences.

——————————–

Merci au Collectif des Hiboux pour ces réponses. L’Artothèque vous prépare un autre format d’échange avec le Collectif, pour le mois de juin.

Vous pourrez prochainement emprunter à l’Artothèque, des risographies du Collectif des Hiboux !

N’hésitez pas à retrouver le Collectif des Hiboux ici :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Square Girard II
Rue Corneille
16000 Angoulême
| 05 45 95 79 88

134 rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 05 45 38 71 61

33 avenue Jules Ferry
16000 Angoulême
| 05 45 38 91 97

Musée du Papier
134, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 06 22 44 12 59

|