Une artothèque, késako ?

L’Artothèque est à la fois une collection d’art contemporain, un espace de prêt et d’exposition, mais aussi un service de location d’œuvres.

Créée en 1983 à l’initiative de l’ACAPA, (Association du Centre d’Arts Plastiques d’Angoulême, loi 1901), l'Artothèque d’Angoulême, structure culturelle de la ville d’Angoulême, a pour rôle de rendre l’art accessible à tous et ce, sur les lieux de vie, de travail, d’éducation et de rencontre.

L’Artothèque d’Angoulême compte à ce jour plus de 1000 œuvres. Sa collection témoigne des différents courants de ces cinquante dernières années. Cette collection est très riche et offre un panel représentatif des techniques de l'estampe et des courants artistiques depuis la fin des années soixante-dix à aujourd'hui.

De grands noms de l'art contemporain sont représentés : Gérard Fromanger, Hervé Di Rosa, Bernard Pras, Francis Bacon, Gérard Rousse, Andy Goldsworthy... mais aussi des artistes charentais et des auteurs de BD : Fred le chevalier, Céline Guichard, Aude Samama, Marie Deschamps, Virginie Morgand...

Histoire de l'Artothèque

L’Association du Centre des Arts Plastiques d’Angoulême (AcApA) a été crée en décembre 1980, à l'initiative de l'école des Régionale des Beaux-Arts d'Angoulême, par Joël Capella-Lardeux, son directeur et président de l’association, jusqu’en 1989. La ville d’Angoulême confie alors, à l’AcApA, l’espace de l’hôtel Saint-Simon. A l'époque, chaque institution s’est doublée d'une association : l'école des Beaux-Arts (AcApA), l'école de Musique (ACAMAC), le Musée d'Angoulême (GERMA).

En 1983, L' AcApA et son président créent l’Artothèque d'Angoulême, avec l'aide du Ministère de la Culture, à la demande de son ministre de l'époque Jack Lang. Elle compte parmi les toutes premières Artothèques en France. La Ville fera rénover entièrement le vieil hôtel particulier en 1984, et l’ AcApA y accueillera le tout jeune FRAC Poitou-Charentes. L’ AcApA et l’Artothèque seront ensuite portées par JM Barreaud et Mireille Duret pendant 40 années. En 1990, l’AcApA quitte l’hôtel Saint-Simon pour le Musée du Papier, où elle restera jusqu’en 2016.

Entre 1980 et 2016, l’ AcApA a organisé 127 expositions d'artistes contemporains, 54 expositions en partenariat avec les festivals de la ville d’Angoulême: BD, Gastronomades, Musiques Métisses. De 1982 à 2016, ce sont 14 manifestions ou expositions qui ont vu le jour, dans le cadre de la journée mondiale de la lutte contre le Sida et de La Ruée vers l'Art. De 1993 à 2006, l’ AcApA participe à Lire en Fête et à la Nuit Des Musées. De plus, entre 1983 et 2013, l’ AcApA proposa 19 expositions itinérantes.

L’ AcApA proposa également de la médiation auprès du jeune public avec la création d'ateliers d'initiations aux arts plastiques dans la commune de Soyaux, L'enfance de l'art, les mercredis, samedis ainsi que les petites vacances, de 2005 à 2009. Ainsi, 32 stages seront organisés en temps scolaire et hors scolaire de 2003 à 2016.

L’ AcApA soutiendra également la création sous toutes ses formes en proposant 12 spectacles (musique, danse ou conférences) de 1986 à 2010. Elle a également soutenu la création contemporaine, en réalisant 5 commandes d’œuvres d'artistes de 1984 à 2008, et en éditant ou co-éditant de nombreuses estampes d’artistes, à tirage limité destinées à la vente, entre 1985 et 2015.

En Août 2016, Mireille Duret, directrice de l’Artothèque prend sa retraite, et JM Barreaud, président de l’AcApA, ne souhaite pas poursuivre ses fonctions, qu'il assume depuis de nombreuses années. Ainsi, en 2016, l’ AcApA fait don de l’ensemble de la collection (environ 1200 œuvres), à la ville d’Angoulême. Outre les œuvres, l'ACAPA laissera un fonds d’édition d’estampes, de cartes postales, affiches et catalogues important. L' AcApA procédera à la dissolution de son association en mars 2017.

Aujourd’hui la collection de l'Artothèque fait partie du Service des Musées et Archives de la Ville d’Angoulême et s’est dotée d’une responsable.

1980

Création de l’Association du Centre des Arts Plastiques d’Angoulême (AcApA)

1980 > 1989

Présidence de l’ AcApA assurée par Joël Capella-Lardeux

1983

Création de l’Artothèque (AcApA) située à l’hôtel Saint-Simon

1984

Rénovation de l’hôtel Saint-Simon

1984

L'AcApA accueille le tout jeune FRAC Poitou-Charentes au dernier étage de l'hôtel Saint-Simon

1990

Joël Capella-Lardeux est remplacé à la présidence de l’association par J.M. Barreaud

1990

l’AcApA s’installe dans les locaux du Musée du Papier, à l'invitation de Monique Bussac, conservateur en chef des musées.

1996

dépôt du FNAC "Heureux le visionnaire…"

2016

Mireille Duret, directrice de l’Artothèque, prend sa retraite, et JM Barreaud, président de l’AcApA, ne souhaite pas poursuivre ses fonctions.

2016

Don de la collection à la ville.

2017

L’Artothèque devient une structure culturelle municipale, appartenant au Service des Musées et Archives de la Ville.

Pour qui ?

Pour tous !

Pour les particuliers

En empruntant une œuvre, vous pourrez instaurer une relation de familiarité à elle, et au fil du temps et des emprunts, aiguiser vos goût en tant qu’amateur d’art.

Pour les entreprises et les collectivités

Il existe de nombreux intérêts pour vous, à louer des œuvres d’art. En effet, exposer des œuvres au sein de votre entreprise, pour vos bureaux, votre hall d'accueil, renforcera le dynamisme de votre image. C’est une opportunité pour vous de communiquer différemment au sein de votre entreprises et auprès de vos clients. De plus, ceci contribuera au développement du bien-être au travail.

Pour les établissements scolaires

La collection de l’Artothèque est une ressource précieuse pour les enseignants et leurs élèves. Le système de location permet de faire entrer l’art dans les lieux de vie des élèves, assurant ainsi une familiarisation précoce aux œuvres d’art, ce que préconisent les programmes de l’Éducation Nationale. L’œuvre fait alors partie de leur quotidien et devient un support pour travailler l’observation, l’expression orale et la créativité des élèves.

Présentation de la collection

La collection

La collection de l’Artothèque est singulière au sein du Service des Musées et Archives. Celle-ci n’est pas vouée à demeurer dans les locaux de l’Artothèque mais à aller à la rencontre de chacun au sein des lieux de vie, d’apprentissage, de travail, de loisirs et de passage de tous.

En effet, l’Artothèque a pour mission de diffuser le travail plastique des artistes qui font partie de cette collection, sur le territoire. C’est pourquoi la nature même de ces œuvres nomades est spécifique. En effet, la collection compte à ce jour plus de 1000 œuvres principalement sur papier, mais aussi sur carton, pvc ou encore tissus,… qu’elles soient dessins, estampes, photographies ou peintures.

De grands noms de l’art contemporain sont présents au sein de cette collection : Claude Viallat, Gérard Fromanger, Erro, Glen Baxter, Moebius, Schuitten, Hervé Di Rosa, Bernard Pras, Francis Bacon, Gérard Rousse, Andy Goldsworthy, pour n’en citer que quelques-uns.

La collection de l’Artothèque comprend également plusieurs groupements d’œuvres appartenant à différents courants artistiques : les Affichistes américains et européens de 1945 à 1990 (Bob Gill, Danziger Louis, Herbert Leupin, Lech Majewski, Swierzy Waldemar, Max Peter, Josef Flejsar,…), les Malassis (Cueco), la Figuration Libre : Gérard Fromanger, le mouvement Support/ surface (Claude Viallat), Le Nouveau Réalisme (Raymond Hains), CoBrA...

La photographie est également représentée au sein de la collection : Jean-Luc Dorchies, Erwan Venn, Marie Collin, Didier Serplet, Jean-Marie Arnouil, Christine Frantz, Joan Rabascall, Brigitte Massalve, Gabriel Verger, Sara Holt, Marie Fagué...

De nombreuses sérigraphies éditées par Les Mains Sales, font partie de la collection : Virginie Morgand, Taumah, Joe Moo Tatoo, Delphine Chauvet, Lou Wiz…

La collection comporte également 68 pièces uniques, comme les acryliques sur carton de Diagne Chanel, les acryliques sur papier de Graham Cantieni, les dessins de Raymond Loewy ou encore les pastels de Cyrille Bartolini.

17 estampes de la collection ont été éditées par l'ACAPA.

Les Dépôts

Au sein de la collection 53 œuvres sont en dépôt, 40 estampes dépôt du CNAP, 13 œuvres du symposium 1978, dépôt du Musée d'Angoulême.

Le dépôt du CNAP

La collection de l’Artothèque comprend également des œuvres en dépôt du Centre National des Arts Plastiques (CNAP), appartenant au portfolio « Heureux le visionnaire, dont la seule arme est le stylet du graveur » (citation de Jean Tardieu) qui comprend 40 estampes.

En 1996, le ministère de la Culture, sous l'impulsion du ministre, Philippe Douste-Blazy,avait demandé à 40 artistes, dans le cadre d’une commande publique, de réaliser une œuvre sans qu’aucune contrainte ne leur soit imposée. Chaque estampe fut éditée à 100 exemplaires et 30 ateliers participèrent à ce projet. Cet ensemble d’œuvres est donc particulièrement représentatif du foisonnement de possibilités proposées par la gravure. Des artistes de tout horizon géographique, et artistique ont participé à ce projet : Jaffe, Di Rosa, Séchas, Cognée, Tatah, Amer, Villeglé…

Ces 40 estampes comprennent 26 petits formats et 14 grands formats, toutes réalisées sur papier, grâce à différentes techniques d’estampe : sérigraphie, lithographie, aquatinte, pochoir, zincographie, phototypie…

L’objectif de cette commande publique était de faire connaître les différentes techniques de l’estampe au plus grand nombre par l’entremise d’un même ensemble d’œuvres au sein de toutes les artothèques de France et donc sur tout le territoire.

Les acquisitions

Entre 1983 et 2016, plus de 1000 œuvres d’artistes régionaux, nationaux et internationaux ont été acquises par l’ACAPA. L’Artothèque souhaite poursuivre ce processus d’acquisition basé sur plusieurs orientations :

  • la volonté de soutenir la création contemporaine et les artistes au sein de notre territoire, et au-delà ;
  • la volonté de prendre en compte les questions de genre et la représentation des groupes sociaux minoritaires dans sa politique d’acquisition ;
  • la volonté d’ouvrir la collection à de nouveaux médiums.

Principaux axes de la collection

  • La notion de paysage
  • Le thème du portrait, de l’autoportrait et des mythologies personnelles.
  • Le geste, la trace, le trait
  • Le in situ particulièrement développé au sein de la collection par des artistes comme France de Ranchin, Jean-Max Albert ou encore Georges Rousse.
  • La photographie

Proposition d'acquisition

Vous voulez proposez une ou plusieurs œuvres afin qu’elle(s) intègre(nt) la collection de l’Artothèque d’Angoulême ?

N’hésitez pas à nous soumettre votre proposition . Elle doit contenir :

  • un curriculum vitae de l’artiste
  • un lien vers un site présentant le travail personnel de l'artiste
  • un document comportant plusieurs visuels de l’œuvre, le titre de l’œuvre, la date de création, la technique, les dimensions, le prix (ttc), un texte et autres visuels rendant compte de la démarche artistique, éventuellement des articles et des catalogues.

Seules des œuvres multiples seront acceptées (photographies, estampes, impressions numériques) ainsi que des dessins et vidéos.

L’ensemble de ces documents au format pdf, jpg ou gif.


Square Girard II
Rue Corneille
16000 Angoulême
| 05 45 95 79 88

134 rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 05 45 92 73 43

33 avenue Jules Ferry
16000 Angoulême
| 05 45 38 91 97

Musée du Papier
134, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 06 22 44 12 59

|