David et Nil : Carnet de voyage volume 18

Samedi 21 et dimanche 22 novembre : La visite du Taj Mahal

Ce matin je me lève aux aurores pour aller visiter le Taj. Le muezzin de la mosquée d’à côté me réveille dès 5h du matin. Finalement je n’ai pas besoin d’attendre que le réveil sonne pour me lever. Il est conseillé de se rendre au Taj au lever du jour car les rayons du soleil change la couleur du marbre du monument, de plus à cette heure matinale les cohortes de touristes n’ont pas encore envahi l’édifice ce qui donne une impression de quiétude dans l’enceinte du monument.

Je me dirige donc à pied vers la porte Est dès 6h30. Quelle surprise d’y voir déjà un nombre important de touristes attendre à l’entrée. Le Taj est visité par plus de 3 millions de personnes chaque année alors forcément je ne serai pas seul à y pénétrer malgré l’heure matinale ! La file d’attente est divisée en trois parties, l’entrée des hommes, celle des femmes et celle des étrangers. Évidemment, des rabatteurs vous proposent d’éviter la queue contre rémunération, on sent vraiment que vous n’êtes qu’un portefeuille ! Je refuse et je fais la queue patiemment, je n’ai pas pu emmener Nil avec moi car pour des raisons de sécurité aucun objet, autre qu’un appareil photo, ne peut entrer dans l’enceinte.

Le soleil n’a pas encore percé l’épaisse pollution qui flotte au-dessus d’Agra mais cela ne va pas tarder. La porte Sud en grès rouge est monumentale, haute de 30 mètres. Elle vous permet d’accéder aux jardins du Taj. Le majestueux monument se présente enfin à vous. Construit à partir de 1632 par l’empereur Shah Jahan, en mémoire à sa bien-aimée épouse, Mumtaz Mahal décédée en couche, il ne sera terminé qu’en 1653. Construit comme un hymne à l’amour, le bâtiment est entièrement réalisé de marbre blanc incrusté de pierres semi-précieuses, entouré de ses quatre minarets de 40 mètres de haut.

À l’intérieur, trône le mausolée du couple. Le marbre blanc change de couleur au fil de la journée entre l’aube et le crépuscule, il passe d’un blanc intense à un rose délicat avant de prendre une teinte orangée le soir, une pure merveille ! Je ne regrette pas d’avoir fait une halte à Agra avant d’aller à Jaipur.

Direction Jaipur

Je quitte Agra en train vers 17h direction Jaipur, la capitale du Rajasthan, je suis en transit pour une nuit avant de repartir aux aurores en bus pour Pushkar à l’ouest. La petite ville se situe aux portes du désert du Thar à environ 200 km de la frontière Pakistanaise. Il s’y tient, en ce moment, la célèbre Foire annuelle aux dromadaires.

J’arrive à Jaipur vers 22h, je file à mon hôtel pour me reposer avant de reprendre la route en bus le lendemain. Les nombreux trajets en train commence à me fatiguer, j’ai fait 2500 km en 6 jours ! Cependant, je suis tout excité à l’idée d’aller à ce festival haut en couleur.

Dimanche matin, je me lève à nouveau au petit matin pour filer à la station de bus de Jaipur. Les conditions de voyage sont sommaires, le bus est bondé mais il faut faire avec. Même Nil doit se trouver de la place pour ne gêner personne. Le trajet dure environ 3 heures, je devrais arriver vers 12h si tout va bien, mais bon en Inde rien n’est simple.

L’arrivée à Pushkar

J’arrive avec 1h30 de retard à Pushkar. Je voyage avec un pompier allemand avec qui j’échange sur nos impressions de l’Inde du du Nord. À notre arrivée, nous partons tous les deux vers le centre de la ville. Pushkar fait partie de l’une des sept villes sacrées de l’Hindouisme et compte quelques 15 000 habitants en temps normal donc un village pour l’Inde, elle se transforme en une métropole de 250 000 personnes pendant la foire. Je dois retrouver Nicole et Jean-Pierre à Pushkar. Ils m’attendent dans une Guest House où ils m’ont réservé une chambre, je n’ai que le nom mais pas l’adresse ! L’entreprise semble compliquée. Pas grave, je m’adapte et je propose à mon compagnon allemand de me suivre, il trouvera bien une chambre on ne sait jamais.

Nous croisons deux indiens et une anglaise qui semblent chercher des informations eux-aussi, on se mêle à eux et nous voilà partis à 5 dans le tumulte du festival de Pushkar. Notre anglaise trouve une chambre et mon ami allemand décide de s’arrêter à un autre hôtel, on échange nos mails histoire de rester en contact et je me retrouve avec mes deux nouveaux amis indiens qui se mettent en quatre pour me trouver ma Guest House. Tous les deux m’accompagnent à travers la ville en demandant aux indiens s’ils connaissent mon point de chute, nous discutons et parcourons comme ça 2 km, je me sens un peu honteux de les monopoliser ainsi, alors qu’ils sont là eux aussi pour profiter de la fête.

Je propose de me débrouiller mais ils insistent pour m’aider jusqu’au bout. Voilà un bel exemple de quoi sont capables les locaux, ils ne me connaissent à peine et ils sont prêts à passer 2 heures pour vous aider. L’Inde, c’est aussi les rencontres comme celle-ci inoubliable ! Ils finissent par me dénicher l’adresse de la Guest et à m’y conduire. Je ne sais comment les remercier, nous restons encore une bonne heure ensemble à discuter échanger nos téléphones et nos mails car l’un habite à Jaipur et l’autre à Delhi, deux villes où je me rends juste après, avant mon retour en France. Si j’ai l’occasion, je ne manquerai pas de les voir. Dans le cas contraire, je ne peux pas faire autrement que de prendre une photo tous les trois avec Nil en souvenir de ce moment.

Les retrouvailles

Dans ma Guest House, je retrouve Nicole et Jean-Pierre avec joie et nous partageons nos expériences depuis notre séparation la semaine dernière. Demain, nous irons dans le désert aux portes de Pushkar pour admirer cet étonnant festival, je ne manquerai pas de vous faire partager ce moment en photo.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Square Girard II
Rue Corneille
16000 Angoulême
| 05 45 95 79 88

134 rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 05 45 38 71 61

33 avenue Jules Ferry
16000 Angoulême
| 05 45 38 91 97

Musée du Papier
134, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 06 22 44 12 59

|