David et Nil : Carnet de voyage volume 8

Samedi 7 novembre : Pas de repos le samedi pour nos petits élèves !

Les enfants indiens travaillent du lundi au samedi, nous irons donc aujourd’hui au centre comme les autres jours de la semaine. Passage obligatoire par le centre de Dehra Dun comme chaque jour pour nous rendre au centre. Après 6 jours dans cette effervescence je suis content d’avoir un jour chaumé le lendemain. Le midi nous avalons un sandwich et le soir nous prenons le temps d’aller manger à l’extérieur.

Depuis notre arrivée je ne m’enthousiasme pas de la nourriture indienne non pas qu’elle soit immangeable mais l’excès d’épices me brûle d’estomac. Vous avez beau dire au serveur « without spicies » en insistant fermement rien n’y fait, vous vous retrouvez avec des plats épicés à outrance que vous pouvez à peine avaler. Un séjour en Inde et vous perdez 5 kilos à coup sûr, par contre les douceurs après le repas sont excellentes, j’avoue préférer le sucré que le salé en Inde.

Une petite coupe et ça repart

A côté du centre, à quelques centaines de mètres du bidonville, nous avons un coiffeur. Ne vous attendez pas à un coiffeur européen mais celui-ci à quand même un local, ce qui n’est pas une généralité en Inde. Nous avons vu à plusieurs reprises des coiffeurs sur les trottoirs s’installer le matin et repartir le soir.

Notre coiffeur de bidonville est fort sympathique et avec Jean Pierre nous décidons de tenter l’expérience du coiffeur indien en attendant que le centre ouvre. Jean Pierre s’installe et nous tentons d’expliquer à notre coiffeur en anglais ce que l’on souhaite, seulement ce dernier ne parle pas un mot d’anglais ! Pas simple mais pour Jean Pierre ce sera un coup de tondeuse donc relativement simple. Je suis bien moins à l’aise que Jean Pierre lorsque vient mon tour.

J’explique que je veux pas être tondu complètement que je souhaite garder la longueur de mes cheveux sur le crane et que je souhaite simplement un rafraîchissement sur les côtés et derrière. Évidemment notre sympathique coiffeur ne comprend rien de ce que je lui dis et là je m’inquiète sur le résultat final. Jean Pierre rigole et m’encourage à lui faire confiance, je le laisse donc faire son métier.

Au final, je suis très satisfait de la prestation de mon coiffeur indien que je remercie chaleureusement. Ce dernier est également ravi de coiffer des européens, c’est pas tous les jours que des français rentrent dans son salon pour une coupe d’autant qu’une petite troupe de curieux se presse à la porte du salon et rigolent de nos aventures.

Un atelier de marbure avec les moyens du bord

Une fois la séance coiffure terminée nous retournons au centre avec Jean Pierre à l’arrivée des enfants. Aujourd’hui j’avais prévu de faire un atelier de marbrure, seulement la veille j’ai fait des tests avec le diluant indien pour mes encres c’est la catastrophe ! En effet, j’ai besoin d’essence de térébenthine pour diluer mes encres, mais comme il n’était pas question d’en apporter de France , nous avons attendu notre arrivée pour en acheter, plus simple au premier abord.

C’était sans compter qu’il n’en existe pas en Inde et que pour remplacer ma térébenthine on me propose un diluant qui ressemble fortement au pétrole. L’odeur est insoutenable et le résultat catastrophique. Nicole me propose alors le dissolvant pour les ongles qu’elle a dans son sac je fais le test. Le résultat est de meilleur qualité, même s’il n’est pas à la hauteur de ce que je peux faire au musée en temps normal. Encore une fois en Inde le maître mot c’est adaptabilité !

Finaliser tous les ateliers de la semaine

Va pour le dissolvant mais je vais avoir besoin de temps pour préparer mes encres. Qu’à cela ne tienne, aujourd’hui nous terminerons les différents ateliers de la semaine que les enfants n’ont pas eu le temps de terminer. Ce sont eux qui me réclament d’ailleurs de finir le travail de la veille ou de l’avant veille.

On reprend donc l’atelier Art Collage pour ceux qui étaient chez le dentiste la veille et certains me font des réalisations extraordinaires. Rabin, un enfant du groupe des moyens me fait un travail exceptionnel. Le petit Ajay du groupe des petits me fait également un super travail en déchirant les bouts de papiers pour les coller sur le patron harmonieusement. Je suis encore une fois surpris par les qualités de ces enfants qui n’ont aucunes connaissances artistiques et qui sont pourtant capables de réaliser de belles prestations.

Les enfants qui ont terminé leurs productions réalisent avec moi un chapeau en origami avec les coupures de journaux. Quelle trouvaille ce chapeau, ils resteront avec toute l’après midi très fiers de le montrer à Nicole et Dominic juste revenues du dentiste avec les derniers enfants.

Les grands épris le connaissances

Je finis l’après midi avec les grands, je m’adapte avec eux car ils sont plus âgés et préfèrent les diaporamas que j’ai préparé. Nous finissons enfin la présentation d’Angoulême et de la Charente dans un flux incessant de questions. Comme j’ai eu l’occasion de beaucoup voyager j’ai dans mon ordinateur portable une banque de photos de mes différents voyages. Je montre aux enfants des photos de Moscou sur lesquelles ont voit la cathédrale Basile le Bienheureux avec ses bulbes colorés l’occasion une nouvelle fois d’entamer un cours sur la religion chrétienne et de ses variantes. Ils se souviennent de la cathédrale d’Angoulême et m’interrogent sur les différences entre l’architecture de nos cathédrales et les cathédrales russes.

Je commence un cours d’initiation sur l’histoire des religions en dessinant un arbre sur le tableau avec des branches, l’arbre symbolisant la chrétienté et les branches les courants religieux. Je suis frustré de ne pouvoir faire plus pour eux, car j’aimerais leur enseigner plus profondément mais le temps est compté et la fin de l’après midi a sonné. Jamais je n’ai rencontré des enfants avec un tel désir de connaissances, ils écoutent religieusement et absorbent les informations. Chaque jour est également l’occasion d’apprendre quelques mots de français et pour me remercier ils m’initient à l’hindi avec beaucoup moins de réussite de ma part !

Nous quittons le centre en nous donnant rendez vous lundi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Square Girard II
Rue Corneille
16000 Angoulême
| 05 45 95 79 88

134 rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 05 45 38 71 61

33 avenue Jules Ferry
16000 Angoulême
| 05 45 38 91 97

Musée du Papier
134, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 06 22 44 12 59

|