David & Nil : Carnet de voyage volume 1

Samedi 31 Octobre : Nous voilà en Inde pour une aventure d’un mois.

Après notre atterrissage à Delhi nous sommes partis pour l’état de l’Uttarakhand en voiture avec la présidente de l’association Inde et Nous France, Nicole et Jean Pierre Chaumeil son mari.

Drôle de monde dans lequel nous nous plongeons avec mon compagnon, l’éléphant Nil. La présence de notre chauffeur me rassure et j’en ai bien besoin ! Que de bruits, de gens, de voitures de toutes sortes qui envahissent notre environnement. Après seulement quelques minutes à l’extérieur de l’aéroport, vous réalisez à quel point le décalage entre le monde occidental et celui dans lequel vous vous apprêtez à vivre pendant un mois est énorme !

Les embouteillages sont montres, il faudra plus de 2 heures pour quitter la nébuleuse Delhi. Des sentiments divers et contradictoires vous submergent : crainte, excitation, angoisse d’un monde que vous maîtrisez pas. Je ressens de l’empathie également, aux regards de cette misère qui vous saute au visage… tout se bouscule en vous.

Notre chauffeur semble maîtriser la situation en se dirigeant vers la voie rapide, du moins c’est ainsi qu’on la nomme ! Je n’ai jamais eu l’occasion de vivre une expérience routière de cette nature. Camions, rickshaw, motos, vélos, bus, voitures, charrettes tirés par des chevaux ou des bœufs… Toute cette population routière cohabite, dans un désordre organisé où la loi du plus rapide prévaut sur les lois routières. Les plus aguerris des chauffeurs occidentaux auraient le plus grand mal à circuler. L’accident guette à chaque kilomètre avalé et parfois il vaut mieux fermer les yeux. Finalement, il n’y a qu’une chose à faire : faire confiance à votre chauffeur.

Avez-vous déjà vu un tracteur prendre l’autoroute ? Des gens traverser l’autoroute sans s’inquiéter des conséquences ? Des chauffeurs empiéter sur votre voie, en restant d’un naturel déconcertant sans que personne n’y voit chose à dire ? Le plus étonnant, c’est la tranquillité des conducteurs qui semblent habitués à ces pratiques. Dès le premier jour, quelque chose me frappe : la conjugaison de pratiques archaïques aux côtés de la société contemporaine que l’on connaît en occident. D’un côté, un paysan tirant sa charrette à bœufs, de l’autre un nanti avec son 4X4 Audi. On ne peut pas parler de confrontation mais plutôt de cohabitation, sans savoir qui des deux ignore le plus l’autre. Notre société occidentale ne pourrait pas accepter une telle dichotomie.

Après presque 7 heures de route nous avons réussi à rallier Dehra Dun. Nous sommes arrivés à 20h30 en ayant fait que 250 km dans la journée ! Les trajets sont épuisants moralement et nerveusement et le bruit des klaxons oblige à rester constamment aux aguets.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Square Girard II
Rue Corneille
16000 Angoulême
| 05 45 95 79 88

134 rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 05 45 38 71 61

33 avenue Jules Ferry
16000 Angoulême
| 05 45 38 91 97

Musée du Papier
134, rue de Bordeaux
16000 Angoulême
| 06 22 44 12 59

|